Le Printemps tant attendu arrive à pas de loup !

On est encore loin du pic d’activités printanier, pas encore de bourdonnement continuel d’insectes, pas encore d’odeurs florales à tout va, les arbres n’osent pas encore sortir leurs tendres feuilles fragiles, mais tout de même ! Son arrivée se trahit par certains indices, parfois discrets, mais rarement trompeurs…

En effet ces dernières semaines passaient déjà les Grues cendrées… Premier indice ! Ce bel oiseau qui suit sa migration retour vole souvent en grands groupes qui suivent un « V » parfait ou qui au détour d’un courant d’air chaud s’amusent à voler en cercles concentriques pour reprendre de la hauteur ! Mais bien avant de les voir, on les entend !!! Le cri de la grue est inimitable et reconnaissable entre tous !

Le chant des oiseaux à l’aube et au crépuscule a aussi changé… On les entend plus tôt, puis plus tard dans la soirée, tout en profitant de la reprise de leurs activités dans la journée ! Au jardin, les Sittelles sont sur tous les fronts : sifflements permanents, recherche d’insectes dans les écorces la tête en bas, construction du nid, ébats amoureux… Un programme bien chargé quoi ! Le Rouge-gorge a entre-temps perdu la moitié de son poids et paraît tout maigrelet par rapport aux mois d’hiver.

On voit de temps à autres un écureuil qui arpente les arbres environnants, tandis qu’une autre fois on voit le couple qui se court après en tournant en spirale autour du tronc en faisant de drôles de bruits !

Autre indice révélateur : l’apparition des Colocopses violets (ou abeille charpentière) qui survolent le jardin de leur bourdonnement puissant et grave. Pour l’instant à la recherche de partenaires, les femelles vont ensuite devoir trouver un nid, ou plutôt percer un trou dans du bois mort pour y pondre dans des « chambres » qu’elles auront elles-mêmes maçonné avec de la sciure et de la salive !

Dans le monde végétal la nature renaît en douceur. Des gelées sont encore possibles et les nuits sont encore fraîches, mais quelques courageuses bravent cette délicate transition entre l’Hiver et le Printemps. Celles que l’on nomme les « printanières » arborent leurs fleurs. Perce-neiges, Violettes, Primevères, Pissenlits, Pruniers, Mahonias, Narcisses et Jonquilles fleurissent à qui veut les admirer, bien que leur but soit tout autre : être vu et senti ! Car oui, les insectes ne sont pas encore nombreux à cette époque de l’année… Alors pour se faire voir, mieux vaut avoir une robe « flashy » ou dégager une odeur sensuelle !!!

On sent que les bourgeons des végétaux se gonflent, prêts à laisser exploser au grand jour leurs appareils de captation de la lumière ! Les montées de sève démarrent, irriguant de leur flot toutes les parties de la plante, faisant renaître en elle l’envie de pousser, de se développer d’avantage…

C’est dans ce paysage sensoriel agréable que l’équipe des jardiniers mènent à bien ses chantiers de fin d’hiver : broyage des tailles hivernales en vue de faire du Bois Raméal Fragmenté (BRF) qui sera injecté dans les massifs en paillage nourricier, nettoyage minutieux du jardin, premier désherbage (eh oui déjà !!!) et création de nouveaux massifs ! Bref, nous nous activons à ce que tout soit parfait pour nos premiers visiteurs de l’année !

There are no upcoming events.