Le Sphinx Tête de Mort ou « Acherontia atropos » pour les intimes, est un grand papillon de nuit. C’est d’ailleurs le second papillon le plus grand d’Europe après le grand Paon de Nuit, son envergure pouvant atteindre les 15cm !

Depuis des siècles il hante les histoires que l’on raconte aux enfants… En effet, le sphinx émet des sons avec son pharynx, ou plutôt croyait-on des cris ! La nuit venue, il crisse, laissant entendre à plusieurs centaines de mètres ce qui ressemble à une plainte sinistre. L’Homme ayant toujours eu peur de ce qu’il ne connaissait pas, il a cru pendant longtemps le papillon signe de mauvais augure, voire de mort …

Pourtant ce magnifique spécimen vaut le détour, et à de nombreux égards ! Tout d’abord, son petit nom populaire lui vient du dessus de son abdomen qui est orné d’un dessin rappelant à s’y méprendre à une tête de mort ! Son corps, massif et fusiforme, est densément poilu et marbré de couleurs variées : marron, taupe, passant par le gris ou le noir pour finir par des tâches jaune or. Comme tous les sphingidés, ses ailes forment un « toit » quand elles sont repliées. Cette robe plutôt terne et variée lui permet de se camoufler contre les troncs d’arbre notamment, échappant alors aux potentiels prédateurs !

Ce représentant de la grande famille des Lépidoptères est bien connu des apiculteurs… En effet, le sphinx tête de mort a développé une ingénieuse technique pour s’infiltrer incognito dans la ruche pour y voler du miel. Voyez plutôt ! Une fois devant l’entrée d’une ruche, le sphinx commence à tromper les sens des abeilles (qui normalement piquent ou tiennent en haleine les intrus) en émettant les mêmes fréquences de sons que la reine et en émettant également les mêmes phéromones olfactives. Ainsi, il peut déambuler sans éveiller l’attention des gardiennes et atteindre sans encombre les rayons de miel. Une fois aux portes du festin, il déploie sa trompe avec laquelle il perce les alvéoles puis aspire le miel ! Parfois, quand il a trop mangé de miel, il lui arrive de ne plus pouvoir sortir de la ruche ! Il finit alors sous un amas d’abeilles, tué par les dizaines de piqûres qu’elles lui prodigueront…

La plupart du temps ses « attaques » sont occasionnelles et ne représentent pas vraiment un danger pour la colonie… Mais il peut arriver que plusieurs spécimens s’acharnent sur la même ruche et finissent par épuiser les réserves de miel dont les abeilles ont crucialement besoin pour survivre et mener à bien leur vie en colonie.

Certains scientifiques pensent que le dessin rappelant une tête de mort est en fait un camouflage représentant une abeille et que c’est une autre stratégie pour infiltrer les ruches, mais cette hypothèse n’est pas encore vérifiée !

Il n’y a pas que le papillon qui soit unique, la chenille du sphinx est en elle-même extraordinaire ! Pouvant à maturité atteindre 15cm de longueur, elles sont le plus souvent jaunes à nuances vertes ornées de « V » bleus, de petits points noirs avec sur le huitième segment un « scorus » (petite corne) jaune vif. De Juillet à Octobre, ces chenilles consomment principalement les espèces de la famille des Solanacées, à savoir par exemple les pommes de terre ou les tomates ! C’est en s’enterrant dans le sol qu’elles se transforment en papillon, après avoir formé une chrysalide brune !
Le papillon a été observé à plusieurs reprises dans le jardin, et la semaine dernière les visiteurs ont pu admirer la chenille qui s’était réfugié vers le Pigeonnier!

There are no upcoming events.